Études et formations pour devenir kinésithérapeute

Kinésithérapeute

Profession de référence en matière de réadaptation et de rééducation, les kinésithérapeutes accompagneront leurs patients dans l’amélioration ou la prévention de leurs mobilités et capacités fonctionnelles altérées ou restreintes suite à une blessure, une incapacité ou un accident. Des études particulières en massokinésithérapie permettent d’acquérir toutes les compétences et connaissances techniques nécessaires à l’exercice du métier.

Kinésithérapeute : quel est son rôle ?

La profession de kinésithérapeute a différents aspects, dans lesquels les personnes et la science sont les principaux. Bien que la tâche dépende du lieu d’exercice, le kinésithérapeute s’efforce toujours de contribuer à l’amélioration de l’état de santé du patient par la mise en œuvre de techniques de soulagement de la douleur et de rééducation : thérapie manuelle, massage, thérapie assistée, mobilité, personnalisées et adaptées à l’éventuelle incapacité, à la pathologie ou aux besoins du patient. Ses interventions, souvent prescrites par ordonnance, portent sur la prévention et la promotion de la santé, l’obtention de gestes et postures bénéfiques à appliquer dans la vie quotidienne, dans la vie professionnelle ou dans les activités sportives et physiques. Ces spécialistes interviennent également dans trois domaines spécifiques : les lésions respiratoires et cardiaques, musculo-squelettiques, les maladies neurologiques. Cliquez ici pour en savoir plus.

Les études pour devenir kinésithérapeute

Votre cheminement vers une carrière de kinésithérapeute nécessite un baccalauréat+5 et implique des études en santé. En effet, ces études, suivies dans une Institut de Formation en MassoKinésithérapie ou IFMK, se déroulent pendant quatre années et précédées d’une année de sélection. L’année de sélection ne correspond pas à la prépa et à peu près la première année d’études à la fac de médecine ou un cursus de premier cycle, LAS, STAPS, ou PASS, correspondant à une formation santé, préparation aux métiers liés à la santé, aux sciences, au sport, etc. Aussi, à l’issue de cette première année de kine formation, vous pouvez postuler par voix réglementaire ou alternativement selon votre situation et réussir les épreuves d’admission au concours d’entrée.

Dès votre entrée dans l’une des nombreuses écoles de formation disponibles, vous pouvez préparer le Brevet d’État de massothérapeute. Les études sont divisées en deux cycles, alliant pratique et théorie. Les 2 premières années seront l’opportunité d’apprendre les bases du métier, et les deux années suivantes seront axées sur des enseignements spécifiques dans les domaines d’intervention: cardiologie et respiratoire, musculo-squelettique, traumatologie et maladies neurologiques. Comme de nombreuses études liées aux professions médicales, le nombre de places disponibles pour la formation en kinésithérapie est basé sur le numerus clausus. Ce numéro est en principe communiqué aux étudiants en cours d’année universitaire.

Formation continue pour devenir kinésithérapeute

Pour être kinésithérapeute, un Brevet d’État de Massokinésithérapie est exigé, en suivant une formation continue pour kinésithérapeute dans des instituts de formation. Dès lors, les dispositifs comme la VAE ou la professionnalisation ne sont pas accessibles aux adultes lors des reconversions professionnelles, qui seront nécessaires dans tous les cas selon le cursus initial en tant qu’étudiant.

Pour les diplômés en kinésithérapie, les formations continues kiné sont une obligation (DPC) au même titre que la profession médicale. Cela permet aux patients de prodiguer des soins de qualité, dans le respect des normes et pratiques applicables, et de développer et maintenir leurs connaissances, tant pratiques que théoriques. Ainsi, chaque spécialiste est obligé de se documenter sur les données et les résultats de recherche dans le domaine de la kinésithérapie, des soins thérapeutiques, des soins d’appareillage, de toute autre urgence médicale ou de toute autre évolution liée à ce domaine, tous les trois ans. Les spécialistes peuvent suivre une formation de courte durée ou une spécialisation : approches de la douleur en kinésithérapie, kinésithérapie de gestion de la déglutition chez les personnes âgées ou encore kinésithérapie de gestion post-cancer du sein. Le spécialiste peut également se spécialiser dans un domaine spécifique comme la kinésithérapie maxillo-faciale et ORL, respiratoire ou cardiovasculaire, ou post-opératoire. Enfin, il est aussi possible de besogner à l’étranger avec un DE de masseur kinésithérapeute.

Dentiste de garde : comment prendre rendez-vous en urgence ?
Acheter des masques de protection fabriqués en France