Quel appareil auditif choisir ?

Appareil auditif

Dans l’Hexagone, seulement le tiers des personnes malentendantes bénéficient d’aides auditives. L’âge est le principal facteur de la perte d’audition en France. Selon le degré et la nature du trouble, il convient de choisir un appareil auditif adapté. Les surdités sévères à profondes, par exemple, requièrent plus d’amplification.

Particularités et fonctionnement de l’appareil auditif

Tout appareil auditif est désormais numérique. Captant les sons via un micro, le dispositif traite les tonalités et les amplifie par le biais d’un microprocesseur. Les tonalités sont ensuite restituées dans l’oreille par l’écouteur. L’audioprothèse isole et amplifie les niveaux de fréquence (aigu, medium ou grave) en fonction des besoins ainsi que du type de déficience auditive. La subtilité des sons varie selon les canaux de l’appareil. Les réglages sont assurés par l’audioprothésiste. Dotées de programmes préréglés, les aides auditives analysent l’environnement sonore et repèrent automatiquement le bon équilibre de retour du son. Sachez que le dispositif ne restaure par entièrement la capacité d’audition. Cette dernière est définitivement perdue. L’appareil compense seulement une partie du rôle de l’oreille. Si vous recherchez des appareils auditifs en Belgique, trouvez plus d’informations.

Les professionnels de santé recommandent aux personnes malentendantes de s’équiper d’un appareil auditif tant que le cerveau arrive encore à interpréter les sons émis par l’oreille. L’appareillage est conseillé à partir d’une perte d’audition de 30 dB, lors d’une compréhension manifestement affectée ou en cas de perte élevée dans le registre des aigus. Pour obtenir une prise en charge, l’appareillage doit être prescrit par un médecin. Ce dernier recommande un examen initial d’audition pour estimer les besoins du patient.

Les types d’appareil auditif

À installer derrière l’oreille, le contour d’oreille traditionnel est doté d’un boîtier. Celui-ci contient tous les éléments du système, à savoir le micro, l’amplificateur et l’écouteur. Le son est transmis au conduit auditif via un tube creux en plastique. Ce modèle d’appareillage est notamment réputé pour sa discrétion. Son design s’est largement amélioré ces derniers temps. Le dispositif est à la fois fiable et robuste. Il se décline en plusieurs choix. Acceptant plus de puissance, le contour d’oreille classique est recommandé lors d’une importante perte auditive.

Il est prisé des patients rencontrant une mauvaise dextérité. Ses piles sont en effet plus maniables. Presque semblable à ce premier modèle, le micro-contour est sensiblement petit. Il est équipé d’écouteur. Celui-ci se trouve à l’embout placé dans l’oreille. Grâce à sa discrétion et sa performance, ce dispositif rencontre un franc succès. Comme le contour d’oreille, le micro-contour n’a qu’une commande accessible. Cette dernière permet de monter et baisser rapidement le son ou à changer de programme.

L’appareil intra-auriculaire, comme son nom l’indique, se glisse entièrement dans l’oreille. Il n’est pas adapté à un petit conduit. Ce dispositif est recommandé pour des pertes auditives légères à moyennes. Il fonctionne avec de très petites piles. Le port cet appareil d’audition nécessite un nettoyage régulier par l’audioprothésiste.

Mode d’alimentation, embout, options et programmes

Dépourvu de piles, l’appareil auditif rechargeable s’avère plus performant. Malgré son prix assez élevé, il est efficace pour corriger un problème d’audition. Malheureusement, le coût d’achat ne fait pas encore l’objet d’une couverture par l’assurance maladie. Le dispositif est en effet considéré comme un simple accessoire. À la différence de ce modèle, l’aide auditive à piles est partiellement remboursée.

L’embout est un détail à ne pas prendre à la légère lors du choix d’un appareil auditif pas cher. Selon le niveau de la perte d’audition, il bouche plus ou moins le conduit auditif. Les personnes qui entendent encore les basses fréquences doivent choisir un embout aéré.

La marque de l’appareil définit en fait la finesse ainsi que le nombre de programmes et d’options. Les appareils haut de gamme sont dotés de programmes automatiques personnalisés et d’algorithmes plus complexes. Ceux-ci traitent mieux la parole dans le son. Les dispositifs entrée de gamme incluent des programmes manuels. Ils sont généralement équipés de micros omnidirectionnels. Ces derniers captent tous les sons environnants. Dotés de micros directionnels, les modèles les plus aboutis se focalisent sur la conversation avec l’interlocuteur. Le choix de l’option dépend notamment du mode de vie de l’usager. La fonctionnalité réducteur de bruit du vent est souvent prisée des cyclistes. La connexion en Bluetooth au téléphone permet à l’utilisateur de recevoir des appels directement dans l’oreille ou d’écouter de la musique en toute sérénité.

Les assistants d’écoute vendus en pharmacie

En cas de baisse d’audition légère, les assistants d’écoute vendus en pharmacie ou en ligne s’avèrent intéressants. Proposés sans ordonnance, ils ne présentent aucun danger pour l’oreille. Ces dispositifs n’amplifient pas au-delà de 20 dB. Ils sont recommandés à ceux qui ne souhaitent pas encore s’équiper sérieusement. Ces appareils offrent une amplification sans nuances. Ils n’ont pas besoin d’ajustement. Les assistants d’écoute peuvent être utilisés sans l’avis de professionnel. Quoi qu’il en soit, il est conseillé de consulter un expert auditif en cas de trouble de l’audition.

Dentiste de garde : comment prendre rendez-vous en urgence ?
Acheter des masques de protection fabriqués en France